• 26590 visits
  • 8 articles
  • 905 hearts
  • 3080 comments

Uneviesansretour 04/09/2013

 


Uneviesansretour

 

Bienvenue sur UNEVIESANSRETOUR. Ce blog est exclusivement réservé à l'écriture d'une fiction dramatico-romantique. Avant de pouvoir lire ma fiction vous avez la possibilité de retrouver plusieurs articles en lien avec ma fiction (Sommaire, les personnages, le prologue etc...) Il ne me reste plus qu'à vous souhaiter une bonne visite sur mon blog et n'hésite pas à me donner ton avis ;) 

 


Synopsis :
Février 2001, M. Leroy disparait sans laisser aucune trace derrière lui et sa femme trouve la mort dans un accident de voiture. Depuis, la vie de Yannick et Calvin Leroy prend une tournure différente et des phénomène étranges ont lieu. 10 ans plus tard les deux frères, unis comme les cinq doigts de la main, tentent de comprendre les raisons de tous ces phénomènes. 

 

 
Calvin - 21 ans - Français et Mauricien - Présent sur Skyrock depuis 2010 

 

 

Fiche technique 

 

Titre original : YACC-Fiction 
Genre : Fiction dramatique 
Création : Calvin. 
Date d'origine : Septembre 2013 - Janvier 2018 / Juillet 2019 - 

 

Nombre de saison : 1 
Nombre de chapitres : 5 à compter du 16 mai 2018. 
Statut : En cours. 

 

Sommaire. 22/12/2014



SAISON 1                                                                                                                                                                                                           

 

Chapitre 1                                                                        
Chapitre 2                                                                       

 

                          

Prologue. 01/01/2017



Prologue
 
Date : 17 Février 2001 – Lieu : Hôpital de Whestone – Heure : 9h40


Le médecin Richard : Sortez de là Monsieur, vous ne pouvez pas pénétrer dans la salle de réanimation.
 
M. Leroy : Mais...
 
Le médecin Richard : Ecoutez-moi, je vais faire tout mon possible pour sauver votre femme. Maintenant sortez d'ici s'il vous plait.
 
Date : 17 Février 2001 – Lieu : Chez les Whestones - Heure : 8h00.
 
Le narrateur : Il est 8 heure, l'alarme sonnait dans la chambre de Patrick et Katrine Leroy. Il était temps pour Katrine de partir au boulot. Elle avait 47 ans et elle était assistante de manager chez Mcdonald's. Ce qu'elle aimait par-dessus tout était les câlins de son mari chaque matin après s'être réveillé. Cela fait douze ans qu'elle travaille au Mcdo. A la base, elle n'a été embauchée que pour être serveuse mais suite au renvoi de l'ancienne assistante, elle a vu sa carrière évoluée.  
 
Patrick : Tu commences à quelle heure aujourd'hui ?
 
Katrine : Je commence à 9h15 et je termine à 14h00. Je reprends ensuite à 18h00 pour quitter à 21h00.
 
Patrick : Quel chance.
 
Katrine : Tu regrettes de ne pas d'avoir décliné le poste de serveur au McDonald's ?
 
Le narrateur : Chômeur pendant trois ans avant d'avoir retrouvé du travail en tant que testeur d'application mobile, Patrick devait passer un entretien dans le Mcdonald's de sa femme pour être serveur mais a préféré annuler son rendez-vous parce qu'il se voyait mal écouter les ordres de sa femme. Patrick à 51 ans et travaille maintenant depuis deux ans. Comme sa femme, il aime lui faire des câlins avant le réveil.
 
Date : 17 Février 2001 – Lieu : Chez les Whestones – Heure 9h00
 
Le narrateur : Mme Leroy venait de partir. Son lieu de travail se situait à 10 minutes de son domicile. M.Leroy ne travaillait pas le vendredi, ni le week-end, ce qui lui faisait un week-end de 3 jours. Dès que sa femme partie, il se rendait dans la cuisine pour préparer le petit déjeuner à ses deux enfants. Yannick et Calvin.
Yannick était le grand frère de Calvin et il était âgé de 14 ans. Il aimait beaucoup les animaux et son rêve serait plus tard sd'ouvrir une animalerie. Calvin à 12 ans et lui sont rêve serait de devenir policier.
Patrick avait l'habitude de réveiller les enfants après avoir préparé les petits déjeuner mais à ce moment-là, un coup de fil l'empêcha de faire ce qu'il faisait habituellement. A la place, il répondit au téléphone.


Date : 17 Février 2011 - Lieu : A L'hôpital - Heure 10h20


 
Le narrateur : Patrick avait reçu un appel de l'un de ses collègues de travail qui lui avouait avoir été témoin de l'accident de voiture de sa femme. Il n'arrivait plus à parler tellement il était choqué. Au même moment, ses enfants se manifestaient. Il raccrocha et demanda à ses enfants de s'habiller. Il était 10h20 et ça faisait déjà 40 minutes que ma femme était en réanimation.
 
Yannick : Papa !! Qu'est-ce qu'il se passe ?
 
Le narrateur : Au même moment, le médecin sortait de la salle de réanimation et se dirigeait vers Patrick.
 
Patrick : Alors ?
 
Le médecin Richard : Je suis désolé, on a tout fait mais nous n'avons pas réussi à sauver votre femme.
 
Le narrateur : Cette révélation fit tomber Patrick à terre. Il pleurait pendant que ses enfants ne comprenaient pas. Au même moment, le reste de la famille arrivait et comprit de suite ce qu'il s'est passé. Katrine Leroy était morte dans un accident de voiture.

S01CHAP1 14/09/2013

10 ans après
 
Flash-Back 
 
Yannick : Papa !! Qu'est-ce qu'il se passe ?
 
Le narrateur : Au même moment, le médecin sortait de la salle de réanimation et se dirigeait vers Patrick.
 
Patrick : Alors ?
 
Le médecin Richard : Je suis désolé, on a tout fait mais nous n'avons pas réussi à sauver votre femme ;
 
 
Retour à la réalité : Date : 19 Juillet 2011 – Lieu : Dans la chambre de Yannick – Heure : 15h00.
 
Le narrateur : Yannick à maintenant 24 ans et est désormais en couple avec Alice Perez depuis tout juste 4 ans. Plutôt sensible, il s'éloigne quelque fois de temps en temps pour pleurer et se remémorer la mort de sa mère au point même de refuser quelque fois de sortir avec le reste de sa famille.  Il aurai tellement voulu l'a revoir mais il savait de lui-même que ce n'étais pas possible. Sur son bureau se dresse une photo de sa mère qu'il regarde lorsqu'il rentre dans sa chambre. Quant à son père, ce dernier a disparu quelques jours après la mort de sa mère et depuis, même à l'heure actuel, il n'a toujours plus aucune nouvelle de lui. Au niveau de ses études, il a passé un CAP soigneur animalier qu'il a réussi avec une moyenne de 14/20 mais a décidé de ne pas suivre ce qu'il aurai aimé faire suite au souvenir d'enfance. En se levant de son lit, il entend quelqu'un frapper à la porte. Il savait très bien que c'était son frère Calvin qui venait tout le temps le rassurer. Ce dernier entrait dans la chambre avec un verre d'eau
 
 Calvin : Je suppose que je n'ai pas besoin de te demander comment tu te sens ?
Yannick : En fait, ça va un tout petit peu mieux depuis quelque temps mais je suis encore un peu triste.  
Calvin : Je t'ai apporté un verre d'eau. Bois-le s'il te plait.
Yannick : D'accord.
 
Le narrateur : Yannick prend le verre d'eau des mains de Calvin et le boit puis repose le verre sur le bureau.
 
 
Yannick : Dis-moi Calvin, comment tu as fais pour t'en remettre aussi rapidement ?
Calvin : Tu sais Yannick, je pars du principe que je suis simplement en vie pour travailler, aimer et gagner ma vie. Mais ne t'inquiète pas, je suis triste moi aussi mais je ne préfère pas le montrer. Je préfère autre chose car ça me permet de me changer les idées. Et si ça peut t'aider, maman nous surveille de là-haut.
Yannick :  Et papa ?
Calvin : Je ne sais pas trop quoi dire à propos de lui. Il a préféré disparaitre plutôt que de nous élever.
 
Le narrateur : Calvin remarque que son frère baisse la tête.
 
Calvin : Après, je préfère me dire qu'on va le retrouver ne t'en fait pas.
Yannick : J'espère.
Calvin : Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression que tu as peur de quelque chose d'autres ?
Yannick : J'ai peur de me retrouver seul sans vous.
Calvin : Jamais. Je serai toujours là pour toi.
Yannick : Merci petit frère.
Calvin : C'est quand même bizarre, je suis le plus petit et c'est moi qui doit m'occuper de toi. C'est le monde à l'envers.
 
Le narrateur : Yannick se met à rire et regarde l'album photo.
 
Yannick : Je me sens prêt Calvin.
Calvin : Prêt à quoi ?
Yannick : A refermer cette album photo à tout jamais et à vivre ma vie avec vous au lieu de rester dans ma chambre.
Calvin : Tu me fais peur là. Tu n'es pas non plus obligé de l'a refermer à tout jamais.
Yannick : Oui tu m'as compris.
Calvin : Tu veux qu'on la regarde une dernière fois ?
Yannick : Va s'y.
 
Le narrateur : Yannick et Calvin s'assoient sur le lit et feuillettent l'album photo. Calvin a maintenant 22 ans, il était, certes, le petit frère de Yannick mais il se disait souvent être le grand frère car il avait pris pour habitude d'aider ce dernier. Lui aussi est sensible mais le cache très souvent. Il aime beaucoup aider les autres. Au niveau des études, il a réussi avec 15 de moyenne le bac pro Accueil, Relations, Clients et Usager puis le BTS assistant de manager avec 11 de moyenne. Calvin s'inquiète beaucoup pour son frère, c'est pourquoi il prend le temps de beaucoup s'occuper de lui.
Derrière la porte se cache Alicia Perez Leroy, la femme de Yannick. Elle est âgée de 23 ans.  Elle est au courant de ce que son mari a traversé durant son enfance. Tout comme Calvin, elle est aussi derrière son mari afin de lui remonter le moral. Elle fait actuellement des études en tant qu'infirmière.
 
Alice (pense) : Merci beaucoup Calvin. Tout le monde rêverait d'avoir un frère comme lui.
 
Le narrateur : Une main se pose soudainement sur les épaules d'Alice. Cette dernière se retourne et remarque Christie, sa s½ur.
 
Christie : Qu'est-ce que tu fais ?
Alice : Chut, regarde-les.
 
Le narrateur : Christie regarde Yannick et Calvin assis l'un à côté de l'autre. Cette jeune femme âgée de 21 ans est l'épouse de Calvin. Elle est tombée sous le charme de Calvin lorsque ce dernier est venu la draguer devant un cinéma. Elle est actuellement hôtesse d'accueil dans la mairie de Whestone.
 
Christie : Qu'est-ce qu'ils sont mignons.
Alice : J'avoue.
Christie : Vient avec moi, on va les laisser un peu tranquille.
Alice : Tu as raison.
 
 
Lieu : Dans le salon – Heure : 15h20.
 
 
Martine : Je ne sais pas comment faire pour le faire venir avec nous. J'ai peur de l'emmener dans des endroits qui lui rappelleront ses parents.
Valentino : C'est vrai mais ça fait dix ans qu'il reste cloitré dans sa chambre. Ne penses-tu pas que ce serait mieux qu'il vienne avec nous ?
Martine : Mais comment tu veux faire ? Tu as une solution ?
Alice : La patience.
 
Le narrateur : Martine et Valentino se retournent et remarquent Alice et Christie qui descendent les escaliers. Martine était la mère d'Alice et Christie et l'épouse de Valentino. Elle a 49 ans et elle est avocate. Belle mère de Yannick et Calvin, elle était très sévère avec eux au début mais a finis par les apprécier. Valentino à 52 ans et c'est le mari de Martine et le père d'Alice et Christie. Patron d'une boite d'intérimaire, il ne s'embête pas à dire ce qu'il pense vraiment même si cela peut blesser la personne.
 
Alice : Yannick vient de faire une promesse à Calvin.
Valentino : Laquelle ?
Alice : Qu'il ne regardera plus l'album photo et qu'il sera désormais plus ouvert avec nous.
Valentino : Il était temps.
Martine : Qu'est-ce qu'ils sont en train de faire ?
Christie : Calvin regarde une dernière fois l'album photo avec Yannick. Ils font juste en parler.
Martine : D'accord.
Lieu : Dans la chambre de Yannick – Heure : 15h30.
Le narrateur : Calvin tourne les pages de l'album photo en s'arrêtant sur chacune des photos pour se remémorer les bons moments qu'il a passé pendant son adolescence. Il s'arrête sur une photo qui représente tout pour lui.
 
Calvin : Tu te souviens de ce moment-là ?
Yannick : C'est la dernière fois qu'on s'est rendu à la plage avec maman et papa.
Calvin : Et tu t'étais bien amusé ?
Yannick : Oui.
Calvin : Si tu es triste, rappelle-toi des bons souvenirs que tu as passé avec maman et papa. Tu iras mieux comme ça.
Yannick : Merci petit frère. On peut s'arrêter là si tu veux ?
Calvin : Mais on n'a pas terminé l'album ?
Yannick : Ce n'est pas grave.
Calvin : Je te retrouve enfin.
Amel : Ne change pas Yannick.
Mickael : Reste comme tu es.
Amel : Tu vas arrêter de finir mes phrases ?
Mickael : C'est parce qu'on pense la même chose. Et c'est parce que je t'aime aussi.
 
Le narrateur : Calvin lève la tête et Yannick tourne la tête pour apercevoir Amel et Mickael, les deux couples les plus tarés de la maison. 46 ans, Amel est la s½ur de Martine. Banquière, elle passe ses journées à noter sur un fichier word les faits insolites qui lui arrive dans son lieu de travail. Elle travaille avec Mickael, son mari de 48 ans, qui lui aussi bosse dans la même banque que celle de sa femme. Très romantique, il aime faire des compliments à sa femme.
 
Amel : Que c'est mignon.
Calvin (Rigole) : Vous êtes là depuis combien de temps ?
Amel : Depuis 2 ou 3 minutes environ.
Mickael : Je dirai plutôt 5 minutes.
Amel : Ferme là toi.
Yannick : Mickael, défend toi.
Mickael : Oh bah ne t'inquiète pas je me défendrai plus tard et je peux te dire que ça va faire mal.
Yannick (Dans l'oreille de Calvin) Je dois avoir les idées mal placé parce que je viens de penser à un truc.
Calvin (rigole) : En même temps quand tu entends ce genre de chose tu ne peux pas t'empêcher de penser à des choses.
Mickael : Qu'est-ce que vous dites ?
Yannick : Rien de spécial ne t'inquiète donc pas.
 
Le narrateur : Yannick prit le livre posé sur les genoux de son frère et le referma d'un seul coup. Il se leva de son lit, ouvrit l'armoire et le posa tout en haut puis le referma.
 
Calvin : Comment te sens-tu ?
Yannick : Mieux maintenant.
Calvin : Je suis très content.
Yannick : Vous venez, on descend dans le salon ?
Calvin : Je retrouve mon frère. Enfin.
 
Le narrateur : Yannick sourit et sort de sa chambre. Ils descendent dans le salon. Martine, surprise de le voir, saute sur lui.
 
Martine : On parlait justement de toi. On est content que tu sois enfin descendu. Est-ce...
Yannick : Oui. J'ai décidé de m'y faire et de rester souvent avec vous.
Martine : HALLEJUJAH. Nous pouvons faire la fête désormais.
 
Le narrateur : Yannick est très content d'être entouré d'une famille très protecteur. Il aime beaucoup Martine car celle-ci est très drôle. Il y a 10 ans, quand sa mère est morte, elle a tellement essayé de lui remonter le moral, elle était toujours là pour lui préparer son petit déjeuner, à s'occuper de lui etc... Elle était tellement là pour lui qu'elle en est presque devenue malade.
 
Heure : 16h04 – Lieu : Dans la chambre de Joris.
 
Camélia : Quand est-ce que vous aurez enfin terminé de jouer à Fifa ?
Kylian : Pourquoi tu nous poses la question soeurette ?
Camélia : Mais parce qu'on avait prévu de ranger nos chambres.
Kylian : Mais tu sais toi-même qu'on ne tient jamais nos promesses.
Camélia : Donc il faudra attendre demain ?
Juliette : Laisse Camélia, on va commencer par ma chambre. On ne peut pas leur faire confiance à ces garçons.
Joris : Je suis ton frère Juliette, tu devrais quand même me faire confiance.
Juliette : Oh mon dieu, il va me faire une scène. Vient avec moi Camélia.
 
Le narrateur : Juliette sort de la chambre avec Camélia et l'emmène dans sa chambre pour faire un bon rangement. Juliette est la s½ur de Joris et la cousine par alliance de Camélia et Kylian. Elle est âgée 20 ans et suit actuellement une formation pour devenir esthéticienne. Elle est de nature très calme mais peut très vite s'énerver quand il le faut. Sa cousine par alliance Camélia est la s½ur de Kylian et elle est âgée de 21 ans. Elle s'entend très bien avec sa cousine Juliette et n'hésitent pas parfois entres elles à narguer les garçons. Elle est vendeuse à l'hypermarché de la ville.
 
Juliette : Qu'est-ce qu'ils sont bêtes ces garçons je te jure.
Camélia : Avec le temps, on a l'habitude. Ils font juste ça pour ne pas nous aider.
Juliette : ça c'est sûr.
Camélia : Enfin bref, on les aime quand même bien évidemment.
Juliette : C'est clair. Et puis ça ne nous empêchera pas de faire le ménage.
Camélia : C'est vrai qu'avec un peu d'aide, ça aurait été un peu mieux.
Patricia : Vous avez demandé de l'aide ?
Nicolas : Si vous voulez faire le ménage, on peut vous aider si vous le souhaitez ?
Juliette : Vous écoutez au porte ou c'est comment ?
Patricia : Pourquoi dis-tu cela ?
Juliette : Vous arrivez toujours au bon moment, ce n'est pas très net tout ça.
Patricia : Tu me connais, je ne suis jamais arrivée en retard à un événement.
Juliette : Je n'ose pas imaginer ce qui va se produire si tu viens une seule fois à être en retard.
Patricia : Je ne préfère pas y penser. Donc vous voulez de l'aide ?
Juliette : Plus on est nombreux, plus on est fou.
 
Le narrateur : Patricia et Nicolas prêtent main forte à Juliette et Camélia. Patricia, âgée de 47 ans était la s½ur de la mère à Yannick et Calvin. C'est la mère de Joris et Juliette. Elle aime aider les personnes qui ont en quelques sortes besoin d'aide. Son mari, Nicolas est âgé de 48 ans. C'est le père de Joris et Juliette. Toujours maladroit, c'est grâce à sa maladresse qu'il a pu rencontrer Patricia il y a de ça 18 ans. Au niveau du rangement, Patricia s'occupe de nettoyer les bureaux, Nicolas nettoie la porte et les fenêtre, Juliette ramasse les déchets et Camélia range les vêtements. A l'autre bout du couloir, les deux garçons Kylian et Joris profitent de leur temps libre pour jouer à la console. Kylian à 20 ans et c'est le fils d'Amel et de Valentino. Joris à 21 ans et c'est le fils de Patricia et Nicolas. Les deux garçons sont très calmes voir même les plus calme de la maison.
 
Kylian : Il faudrait acheter le nouveau Redman. Il a l'air trop bien.
Joris : Il est sorti quand ?
Kylian : Tu n'es pas au courant ? Il est sorti il y a deux semaines.
Joris : Je ne suis pas trop les sorties de jeux. Je suis plus concentré sur autre chose maintenant.
Kylian : Laquelle ?
Joris : Il faut à tout prix que je gagne un peu d'argent. Donc je cherche un travail.
Kylian : Mais essaye de postuler à la boulangerie, il recherche quelqu'un hôte de caisse.
Joris : J'y ai pensé mais je préfère un travail ou je bougerai pendant toute la journée.
Kylian : J'ai fait un stage dans la même boulangerie quand j'étais en 3ème et je t'assure qu'on ne fait pas que rester en place.
Joris : Dans ce cas j'essaierai. Enfin bref, on se fait un fifa ?
Kylian : Je suis chaud pour te battre.
Joris : C'est ce qu'on verra.
 
Heure : 16h21 – Lieu : Dans le salon
 
Le narrateur : Pour passer l'après-midi tranquillement Yannick, Alice, Christie et Calvin jouent à un jeu de société. Un plateau est posé au centre avec des pions, ils doivent chacun répondre à une question. Une question peut faire avancer le joueur de 1 à 3 cases si ce dernier répond correctement à la question. Cela fait 10 minutes qu'ils jouent et c'est au tour de Yannick de poser une question à Christie.
 
Yannick : Christie, qui a inventé les transports en commun moderne ? Séraphin Lampion, Blaise Pascal, René Descartes ou Eugène Poubelle ?
Christie : René Descartes et Blaise Pascal étaient des philosophes. J'hésite entre Séraphin et Eugène.
Yannick : Il te reste 10 secondes.
Christie : Je vais dire Eugène Poubelle.
Yannick : T'es sûr de toi ?
Christie : Oui.
Yannick : C'est faux. La réponse était Blaise Pascal. C'est dommage car la question valait deux cases.
Christie : Dommage. Question à 1 point pour toi Calvin. Qui était le premier président de la république ?
Calvin : C'est facile. C'était Napoléon Bonaparte.
Christie : Bonne réponse.
Calvin : Même un enfant de 5 ans saurait répondre à la question. Question à 3 point pour toi Alice. Quel est l'unité de mesure de la force d'un piment ? L'unité Thermoptin, l'unité scoville, l'unité cherit ou l'unité Hauy ?
Alice : Je suis quasiment nulle dans les unités de mesure. Je dirais l'unité Hauy.
Calvin : Faux. C'était l'unité Scoville
Alice : Yannick, question à deux points. Quel est l'abréviation du mot « Baronne ? »
Yannick : B.O.N.N.E ?
Alice : Bonne réponse. Christie, il faut se serrer les coudes. Les garçons nous battent.
Christie : On finira par les battre.
Yannick : Christie, es-tu prête ?
Christie : Oui.
Yannick : Question à trois points et je vais te poser une question très facile. Le « Vosne Romanée » est un vin de quelle région ?
Christie : De bourgogne.
Yannick : Bonne réponse. Ce n'est pas comme si je t'avais déjà posé la question la semaine dernière hein. C'était cadeau.
Christie : Tu as juste le seum que j'ai répondu correctement à la question. Avoue-le.
Yannick : Bon bref à toi.
Christie : J'en étais sûr. Toi qui est accro au Coca-Cola, quel est la valeur du Ph du Coca-Cola ?
Calvin : Elle est de 2,3.
Christie : Tu avances d'une case.
Calvin : Merci beaucoup. Alice, pour trois points, comment se nomme la peur du nombre 13 ? L'anuptaphobie, la katagélophobie, la triskaidékaphobie ou la sidérodromophobie ?
Alice : Je sais juste que l'anuptaphobie est la peur d'être célibataire. Je ne sais pas donc je vais répondre la katagélophobie ?
Calvin : C'est la peur de passer pour un idiot. La peur du nombre 13 est la triskaidékaphobie.
Alice : Allez à toi Yannick, question à un point. Que fête-t'on le 14 Juillet ?
Yannick : La fête de la fédération.
Alice : Un peu facile.
 
Le narrateur : Au cours des deux tours, Yannick a avancé de trois cases, Alice de 0 case, Calvin de 2 cases et Christie de 3 cases. De l'autre côté de la maison dans la cuisine se trouve Martine, Valentino, Amel et Mickael. Ces quatre personnes sont tout le temps fourré dans la cuisine soit pour la ranger ou soit pour boire du café. Aujourd'hui, Mickael fait part de ce qu'il se passe dans le monde en lisant le journal.
 
Mickael : « Un homme de 44 ans dans le Vaucluse a été abattu sauvagement par les forces de l'ordre après avoir tenté à plusieurs reprises de kidnapper un enfant de 3 ans. Au moment des faits la mère, toute paniquée, à crier de toute ses forces avant qu'un passant ne vienne prêter main forte. De l'autre côté du trottoir, un autre passant, témoin de la scène a alerté la police. » C'est grave quand même que les forces de l'ordre soient désormais obligés de tuer les mauvaises personnes.
Martine : Si ça peut nous protéger ils ont quand même raison de le faire.
Mickael : Certes mais ce n'est pas en tuant les meurtriers qu'on sera tranquille.
Valentino : On ne peut pas tous les tuer car ils sont partout dans le monde.
Mickael : Je confirme.
Martine : Je pars du principe que les meurtriers en ont marre de vivre, c'est pour ça qu'ils tuent.
Valentino : Donc tu es en train de dire qu'il ôte la vie de quelqu'un parce qu'ils en ont marre de vivre ?
Martine : Généralement, ils font ça pour se faire tuer ensuite.
Amel : C'est peut-être parce qu'ils sont fous tout simplement.
Martine : Oui aussi.
Amel : Je ne trouve pas ton hypothèse juste. Les meurtriers ne recherchent pas à se faire tuer, ils recherchent à faire souffrir les autres c'est tout.
 
Le narrateur : Martine, Valentino, Amel et Mickael font un début sur les meurtriers allant jusqu'à ne pas être en d'accord entre eux. 15 minutes plus tard, Yannick et les autres jouent au jeu. Ils sont rejoints par Kylian et Joris.
 
Yannick : Vous voulez jouer avec nous ?
Joris : J'attends que vous finissiez votre partie puis je me rejoins à vous.
Yannick : Et toi Kylian ?
Kylian : Je vais sortir un peu dehors donc jouez entre vous.
Yannick : D'accord, il n'y a pas de problème.
Kylian : A tout à l'heure.
Yannick : A toi Alice.
Alice : Question à trois points pour toi Yannick. Quel laboratoire a inventé sans le vouloir le viagra ? Novartis, Merck, Pfizer ou Sanofi Aventis ?
 
Le narrateur : Kylian sort et se rend dans le garage pour prendre son vélo. Cela faisait quelques temps qu'il ne s'était pas promené en vélo et il voulait profiter de cette journée ensoleillée pour en faire un peu. Dans la chambre de Juliette, le rangement est toujours d'actualité. Après avoir chacun terminé leur tâche, ils se répartissent une nouvelle fois des nouvelles tâches.
 
Patricia : Vous n'êtes pas trop fatigué ?
Juliette : Non ça va et toi ?
Patricia : Pas du tout. Dans ce cas, Nicolas descend les poubelles dans la cave. Juliette et Camélia, mettez le bureau, les chaises et tout ce qu'on peut bouger dans le couloir. Et moi, je vais tout préparer pour la serpillère.
Juliette, Camélia et Nicolas : A vos ordre chef.
 
Le narrateur : Nicolas, Juliette et Camélia suivent les ordres de Patricia qui prépare la serpillère sans se poser de questions.
 
Heure : 16h45 – Lieu : Dans le parc de Whestone
 
Le narrateur : Kylian fait tranquillement du vélo dans le parc de Whestone sans être embêté par la moindre personne. Lorsqu'il était plus jeune, il voulait tellement participer au championnat de France de Cyclisme mais cela a changé depuis. Il repasse dans des chemins ou il avait l'habitude de se rendre quand il était seul ou avec ses amis. En empruntant un petit chemin, son vélo déraille. Il sort de son vélo et regarde ce qu'il ne va pas. En analysant son vélo, il entend une voix qu'il avait souvent l'habitude d'entendre au lycée.
 
Romain : Oh regardez qui voilà.
Alex : J'espérais tant qu'il avait changé ce gosse mais en fait il est toujours aussi moche.
Aurélien : Le pauvre, il a un problème avec son vélo.
Kylian : C'est bizarre mais vous ne changerez jamais vous trois. Vous serez toujours là à vous moquer de moi comme des...
Romain : Comme des quoi ? Ose nous insulter et tu en subiras les conséquences.
Kylian : Vient. Je n'ai pas peur.
 
A suivre.
 
Dans le prochain chapitre : Saison 01, Chapitre 02 : Fausse amitié.
 
Kylian : C'est toi qui disait à chaque fois au lycée que tu ne voulais pas me voir mais pourtant qui est ce qui venait me voir pour m'insulter de tous les noms ?
Romain : Mais à chaque fois que je disais ne pas vouloir te voir, tu en rajoutais beaucoup plus sur moi. Tu pensais certainement que je n'en savais rien et pourtant certaines personnes me répétaient tout.
Kylian : Je suppose que tu parles de ces deux idiots ?
Romain : Ils sont dans le coup oui mais il y a aussi une troisième personne.
Kylian : Qui ça ?
 
La suite, dans le prochain chapitre.
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

S01CHAP2 20/09/2013

Fausse amitié
 
Kylian : C'est bizarre mais vous ne changerez jamais vous trois. Vous serez toujours là à vous moquer de moi comme des...
Romain : Comme des quoi ? Ose-nous insulter et tu en subiras les conséquences.
Kylian : Vient. Je n'ai pas peur.
Romain : Tu es sûr ? Ce n'est pas ce que je constatais au lycée.
Kylian : ça fait déjà quelques années que nous sommes plus au lycée. J'ai bien changé depuis le temps.
Romain : Changer ? Tu te fou de ma gueule ? Tu étais tout le temps fourré dans ton coin, quand quelqu'un t'emmerdait, tu fuyais et quand nous avions tous des problèmes tu faisais la même chose et après tu me dis avoir changé ?
Kylian : Et aujourd'hui, je suis ici à m'expliquer avec toi. Ça ne prouve pas que j'aie changé ?
Romain : J'ai remarqué un petit changement c'est vrai mais en réalité tu es quelqu'un de très pathétique, pourquoi je cherche tellement à ce que tu changes. Vous avez des idées vous ?
Aurélien : Pas du tout. Je n'ai jamais compris pourquoi tu prenais du temps pour lui alors que tu le détestais.
Alex : Les personnes comme lui ne mériteraient pas qu'on leur prête attention.
Kylian : Prendre du temps pour moi ? Non la maintenant ce n'est pas moi qui se fout de votre gueule mais plutôt le contraire.
Romain : Ah oui ? Prouve le moi.
Kylian : C'est toi qui disais à moi ainsi qu'à tout le monde que tu ne voulais pas me voir mais pourtant c'est toi qui venais me voir pour m'insulter de tous les noms.
Romain : J'assume mes actes. Tu devrais faire la même chose.
Kylian : Mais pourquoi tu venais m'insulter de tous les noms ?
Romain : Pourquoi ? Tout simplement parce qu'à chaque fois que je disais à tout le monde ne pas vouloir te voir, tu en rajoutais beaucoup plus sur moi. Tu faisais le mec qui avait des amis mais c'est eux même qui te trahissait pour venir vers moi. D'ailleurs, une seule personne en qui tu avais énormément confiance me répétaient tout dans ton dos.
Kylian : Quand tu parles de trahison, je suppose que tu parles de ces deux idiots ?
Romain : Ils sont dans le coup mais il y a une troisième personne en qui tu avais une confiance absolue qui agissait derrière toi.
Kylian : Qui ça ?
Romain : Tu as cru que j'allais te le dire aussi facilement ? Je t'ai déjà donné un indice. Rappelle-toi bien, tu avais une confiance absolue pour cette personne.
 
Le narrateur : Romain rigole et lance un regard noir à Kylian qui ne lui réponds pas. Romain et ses deux partenaires partent en laissant leur victime réfléchir. Le jeune homme de vingt ans a eu une enfance difficile. Harcèlement au collège puis au lycée tout comme les moqueries à cette époque scolaire ont fait de lui un homme renfermé. Il avait souvent l'habitude de voir ses amis le trahir et n'a pu faire confiance qu'à une dizaine d'ami au total.
Il s'assoit sur l'herbe sans prendre compte de l'heure qui passe et réfléchit à la personne qui aurait pu le trahir.
 
Heure : 17h30 – Lieu : Dans le salon.
 
Le narrateur : Yannick, Christie, Alice et Calvin rangent le jeu. Après une victoire méritée des garçons avec le même score, les filles leur souhaitent félicitation mais ne se rabaissent pas pour la prochaine partie.
 
Yannick : ça se voit très bien qu'elles n'assument pas leur défaite.
Calvin : Tellement. Ne faites pas semblant de nous encourager les filles.
Alice : C'est sincère. Mais ne vous fiez pas au apparence car je gagnerai la prochaine fois.
Christie : L'une de vous deux vous fera redescendre sur terre.
Yannick : C'est la meilleure blague que je viens d'entendre tu n'es pas d'accord avec moi ?
Calvin : Tellement.
Alice : Qu'est-ce que tu proposes comme autre jeu Joris ?
Joris : Je ne sais pas, un Monopoly ?
Alice : Je suis d'accord. Assis toi, je vais chercher le jeu.
 
Le narrateur : Alice se lève, prend le jeu de culture générale et part le ranger dans sa chambre pour ensuite prendre le Monopoly. Elle pose le jeu sur la table et au même moment une sonnerie de portable se fait entendre dans le salon.
 
Christie : C'est ton portable Calvin non ?
Calvin : Oui.
Christie : C'est qui ?
Calvin : C'est ma banque.
Yannick : La banque ? Tu as un problème avec la banque ?
Calvin : Non je ne comprends pas pourquoi la banque essaye de me joindre.
Yannick : Réponds pour voir.
Calvin : D'accord, commencez le jeu sans moi.
 
Le narrateur : Calvin se lève et se met en retrait pour répondre à l'appel de son banquier.
 
Alice : J'espère que ce n'est pas trop grave.
Christie : On verra.
 
Plus loin avec Calvin.
 
Calvin : Oui bonjour ?
M. Christian Ferreira : Bonjour monsieur Leroy, c'est M. Ferreira votre banquier.
Calvin : Bonjour M. Ferreira, je suis très étonné de votre appel.
M. Christian Ferreira : Surtout que vous n'avez jamais eu de problème avec la banque jusqu'à aujourd'hui.
Calvin : Comment ça ?
M. Christian Ferreira : Il est préférable que je vous dise ce qu'il se passe en face à face si cela ne vous dérange pas ?
Calvin : Pas de problème. Quand est-ce que je peux venir ?
M. Christian Ferreira : Cela peut attendre demain car la banque va malheureusement fermer dans 20 minutes. Je vous propose un rendez-vous demain à 10 heures cela vous convient ?
Calvin : D'accord, je viendrais donc demain à 10 heures.
M. Christian Ferreira : J'annulerai mon rendez-vous de demain pour vous recevoir car j'estime votre problème assez important.
Calvin : Je vous en remercie infiniment.
M. Christian Ferreira : Je vous en remercie de même. Sur ceux, je vous souhaite une bonne soirée à et demain.
Calvin : A demain.
 
Le narrateur : Calvin était tellement préoccupé par ce que le banquier voulait lui dire que c'est son banquier lui-même qui raccrocha au bout de trente secondes. Auparavant, il n'avait jamais eu aucun problème avec sa banque et c'est pas maintenant qu'il souhaitait en avoir.
Il cesse de se poser tant de questions et retourne là où il était avant de répondre au téléphone et remarque en vitesse que Juliette et Camélia les avait rejoints.
 
Yannick : Tu as l'air déprimé. Qu'est-ce qu'il y a ?
Calvin : Je ne suis pas déprimé, c'est juste que mon banquier vient de me donner rendez-vous demain à 10 heures car il y a un gros problème pour moi. Il ne m'en a pas dit plus.
Yannick : C'est demain à 10 heures c'est ça ?
Calvin : Oui.
Yannick : Je viendrais avec toi, je veux en savoir un peu plus.
Calvin : D'accord, comme tu veux.
Yannick : Bref, tu veux toujours jouer avec nous ?
Calvin : Oui bien sûr.
Yannick : Et vous Juliette et Camélia ?
Juliette et Camélia : Oui.
 
Le narrateur : Yannick installe le plateau du jeu sur la table et annonce être le banquier. Il sert trois billets de 500 euros à tout le monde, quatre billets de 100 euros, six billets de 50 euros, cinq billets de 20 euros, un billet de 10 euros et trois billets de 5 euros et le jeu commence.
 
Heure : 17h58 – Dans le parc de Whestone.
 
Le narrateur : Cela faisait déjà quelques minutes que Kylian était assis sur l'herbe en train de réfléchir à la personne qui l'avait tout bonnement trahi pendant son cursus scolaire.
La nuit était sur le point de tomber et ce dernier restait bloqué sur une phrase que lui avait sorti Romain avant de partir. Il était perturbé par le fait d'être trahi par une personne en qui il avait une confiance absolue.
 
Kylian : Adrien m'aurait trahi ? Ce n'est pas possible, je suis son meilleur ami. Peut-être Benjamin, c'était mon meilleur ami au lycée mais il a commencé à se foutre de ma gueule. Je le connais tellement bien, je ne pense pas qu'il aurait fait une tel chose. Luc...
 
Le narrateur : Les pensées du jeune homme venait tout juste de se faire interrompre par son téléphone. Il voyait sur l'écran de son téléphone le nom de sa mère Amel qui était sûrement inquiète de son absence de la maison.
 
Kylian : Maman ?
Amel : Oui mon chéri, tu es où ?
Kylian : Je suis dehors, je répare mon vélo car il vient tout juste de dérailler et puis je rentre.
Amel : Tu ne veux pas que je dise à ton père de te rejoindre ?
Kylian : ça ira maman ne t'inquiète pas.
Amel : Fait attention à toi.
Kylian : Oui maman à toute à l'heure.
 
Le narrateur : Kylian raccrocha et répara son vélo afin de pouvoir rentrer chez lui.
 
Heure : 18h05 – Lieu : Chez les Leroy, dans la cuisine.
 
Le narrateur : Pendant que Yannick, Alice et tout le tralala jouait au Monopoly, les plus vieux étaient dans la cuisine. Amel rangeait son téléphone, tous s'inquiétaient pour Kylian car ils ne l'avaient pas vu depuis au moins une heure.
 
Martine : Qu'est-ce qu'il t'a dit ?
Amel : Son vélo à déraillé donc il le répare et il rentre.
Martine : On aura plus besoin de s'inquiéter pour lui.
Amel : Je ne sais pas pourquoi mais j'ai l'impression qu'il me cachait quelque chose.
Valentino : Il était comment au téléphone ?
Amel : Il avait une voix douce, ce qui n'est pas dans son habitude.
Valentino : Tu te fais sûrement des films. Peut-être qu'il en a juste marre de réparer son vélo.
Amel : Oui. Je me fais sûrement des films.
 
Le narrateur : Amel prenait parti pour Valentino et espérait que ce dernier avait raison. Malgré tout, elle continue de croire que quelque chose se passe mais n'y prêta plus attention puisqu'elle savait très bien qu'elle n'obtiendrait rien et qu'elle n'aimait pas trop se mêler des histoires de son fils sachant qu'il est maintenant mâture.
 
Ellipse d'une heure : 19h10 – Lieu : Dans le salon.
 
Le narrateur : Les jeunes jouaient encore au Monopoly et commençaient à construire des maisons et des hôtels, les plus vieux regardaient tous la télévision et Kylian venait de rentrer. Il sautait sur le canapé d'un air fatigué.
 
Amel : Je pensais que tu rentrerais beaucoup plus tôt.
Kylian : J'ai fait encore quelques tours, je voulais tester le vélo pour voir s'il ne déraillait pas une nouvelle fois.
Amel : Mouais, d'accord.
Kylian : Je dis toujours la vérité Maman.
Amel : Je n'ai pas dit le contraire.
Kylian : Enfin bref, ça fait combien que vous jouez au Monopoly ?
Calvin : ça fait environ une heure ou plus, on ne compte pas.
Kylian : Qui a le plus d'argent pour l'instant ?
Juliette : C'est moi. J'en ai 20 401¤ pour l'instant.
Kylian : Très bien. Continuez, je vous regarde.
 
Le narrateur : Le calme règne dans la maison, les jeunes jouent à Monopoly surveillés par Kylian, les plus vieux regardent la télévision et interrompu par Martine et Patricia qui les ordonnaient de se rendre à table. Au menu, Riz avec du poulet. La famille savourait le repas.
En plein diner, Kylian reçut un SMS. Personne n'avait l'habitude de regarder ses SMS pendant le diner mais ce qu'il se passait autour de lui l'obligeait à le regarder tout de suite. Il venait de Romain qui lui disait de faire attention à lui.
 
Heure : 20h15 – Lieu : Au domicile de Romain.
 
Le narrateur : Romain avait invité Aurélien et Alex à dormir chez lui. Ces derniers avaient accepté instantanément l'invitation de leur meilleur ami parce qu'ils savaient très bien qu'ils ne feraient que parlés de Kylian.
 
Romain : Je viens d'envoyer le SMS à ce pauvre Kylian.
Aurélien : Il a intérêt à faire attention à lui maintenant.
Romain : Il a tellement peur de nous si tu savais.
Aurélien : Il n'a même pas d'argument envers nous.
Alex : Son argument c'est juste le fait que tu parlais dans son dos au lycée c'est tout.
Romain : Il fait le mec intelligent mais je pense qu'il n'a pas encore digéré les évènements qui se sont produits au lycée, vous voyez ou je veux en venir ?
Aurélien et Alex : Absolument !
 
Le narrateur : Les trois meilleurs amis rigolaient très fort. Kylian disparaissait de leur pensée quand Romain leur a proposé une soirée cinéma que les deux amis ont fini par accepté.
 
Le lendemain
 
Heure : 9h45 – Lieu : Devant la banque
 
Le narrateur : Calvin était tellement stressé qu'il n'a pas vraiment réussi à dormir de la nuit. Il était réveillé environ depuis déjà 4 heures. Il était accompagné de son frère Yannick qui a essayé de le déstresser tout au long du trajet.
 
Calvin : Tu crois qu'il va me dire quoi mon banquier ?
Yannick : Je ne sais pas, j'espère que ce n'est rien de grave. Mais arrête de stresser s'il te plait.
Calvin : Je n'ai jamais eu de problème, peut-être qu'il me fait une blague pour que je stresse non ?
Yannick : Tu réfléchis à ce que tu dis ?
Calvin : Non pas du tout.
Yannick : J'en étais sûr.
Calvin : On entre ?
Yannick : On est bien obligé tout de façon.
 
A suivre.
 
Dans le prochain chapitre : Saison 01, Chapitre 03 : Virus.
 
M. Christian Ferreira : Bonjour M. Yannick Leroy, vous aussi vous voulez entrer pour savoir ce qu'il se passe ?
Yannick : Oui. Mon frère s'inquiète beaucoup depuis hier soir et j'ai besoin de savoir ce qu'il se passe moi aussi.
M. Christian Ferreira : Très bien.
 
Plus tard.
 
Calvin : Tu vois je t'avais dit que c'était quelque chose de grave.
Yannick : Mais calme toi Calvin, il a dit qu'il y avait une solution à tout cela.
Calvin : Oui mais on ne sait pas si elle va vraiment marcher.
 
La suite, dans le prochain chapitre.